Un peu d’histoire

L’Association des amis du Presbytère de Blue Sea a pris naissance en 2012 alors qu’un groupe de citoyens décidait d’assurer la sauvegarde d’un bâtiment abandonné à l’ombre du clocher de l’église du village, l’ancien presbytère de la paroisse St-Félix. L’idée était d’en faire un lieu de rassemblement et de culture, à l’enseigne du dynamisme des gens de la communauté. Les autorités municipales ont spontanément emboité le pas : l’édifice fut acquis par la municipalité et mis à la disposition de l’Association qui, en 2013, obtenait ses lettres patentes à titre d’organisme à but non lucratif. C’était le début d’une formidable aventure citoyenne qui n’a cessé de se développer au cours des 7 dernières années.

Sylvie Grégoire

Créer, innover, partager

Fort d’un membership récurent de plus de 150 membres, le Presbytère est devenu au fil des ans un lieu unique de création et de rassemblement dans la Vallée-de-la-Gatineau. Une trentaine d’artistes et d’artisans de tout âge y exposent leurs œuvres, toutes plus originales les unes que les autres. Un jardin communautaire croit dans la terre bio de nos ancêtres. Des histoires sont racontées, des films sont produits, des spectacles et des ateliers sont offerts, des recettes sont concoctées, des liens sont tissés, bref, la culture s’y déploie avec toute l’authenticité et la vivacité des gens qui l’animent. Depuis près d’une décennie, une constante n’a de cesse de se manifester : le souci de partager.

Monique Renaud

Une culture du partage. Un partage de la culture.

Le Presbytère de Blue Sea a grandi grâce à l’engagement de ses bénévoles d’une part, et d’autre part, grâce à son caractère d’ouverture et de partage dans sa communauté et dans sa région. On assiste à un bouillonnement collectif inclusif où la culture se vit au quotidien, sans prétention et sans frontière. Beaucoup de monde y contribue : résidents, villégiateurs, touristes, entreprises. Beaucoup de monde en profite : les enfants de l’école du village, les étudiants d’une école adaptée de Maniwaki, les étudiants de l’éducation aux adultes de la commission scolaire, les nouveaux-arrivants, pour n’en nommer que quelques un.

Olivier Bainbridge

Une réputation bien établie

L’association des amis du Presbytère de Blue Sea profite grandement de la compétence des membres de son conseil d’administration, dont la majorité est formée d’éducateurs actifs ou retraités ainsi que de leaders du monde des arts, de la communication et la gestion.

De plus, une soixantaine de bénévoles s’activent dans cette ruche communautaire qui a acquis ses lettres de noblesse au fil de nombreuses reconnaissances : Prix Nicole-Patry, Conseil régional de la culture de l’Outaouais, Culturiades 2012 (Sylvie Grégoire); prix de l’engagement communautaire 2016, MRC de la Vallée-de-la-Gatineau; finaliste, événement culturel/artistique 2014, MRC de la Vallée-de-la-Gatineau; « Coup de cœur du public » 2012, Tourisme Vallée-de-la-Gatineau; finaliste, Culturiades de l’Outaouais 2014; activité « Coup de cœur », décerné par l’organisation nationale des Journées de la culture 2019.

Marie-Claude Bonin

Constance et qualité

L’Association des amis du Presbytère de Blue Sea a fait preuve de constance et de qualité dans ses réalisations culturelles depuis sa création. Par exemple, elle a pris la responsabilité de l’organisation des Journées de la culture dans la municipalité de Blue Sea à chaque année depuis 2012. En outre, elle a fait l’objet de reconnaissances régionales et nationales à plusieurs reprises. Enfin, elle a su constituer un aréopage d’une trentaine d’artistes et d’artisans généreux, fidèles et engagés.

Gail Larivière

Capacité à travailler en collaboration avec les partenaires du milieu scolaire

Le Presbytère a collaboré depuis le début avec l’école primaire Reine-Perreault de Blue Sea. Des projets ont été également réalisés avec la participation active des élèves de l’école primaire et secondaire Sacré-Cœur de Gracefield ainsi qu’avec le centre Jean-Bosco de Maniwaki. Enfin, des ateliers d’apprentissage en création vidéo ont été offerts à l’éducation aux adultes de la commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais.
À chaque fois, les participants étaient invités à suivre une démarche à trois volets : d’abord, la phase d’inspiration (imaginer), suivie de la phase de réalisation (créer) et enfin, la phase d’évaluation (percevoir).

Sylvie Grégoire